• S'inscrire
    Place the shortcode from 'Easy MailChimp Forms' plugin at the
    'Theme Option > General > Overall Elements > Top Bar' section
  • S'identifier

« Crossfire »

MIYABE Miyuki
« Crossfire » de MIYABE Miyuki

« Crossfire » de MIYABE Miyuki

Mon avis : ★★★★★★☆☆☆☆ 

 Il y a comme un parfum de vengeance qui plane au-dessus de Tokyo en cette fin de 20ème siècle. Vengeance envers tous les délinquants et meurtriers qui ont réussi à échapper à la justice plus traditionnelle. Le manque de preuves et autres tracasseries judiciaires ne sont pas du tout du goût de la jeune AOKI Junko. Mais que peut faire une jeune fille apparemment sans histoire contre tous ces malfrats et violeurs sans scrupules ? Et bien, simplement les carboniser d’une manière plutôt inédite. En effet, Junko a le pouvoir de pyrokinésie. Elle peut allumer à distance tout ce qui lui plaît (ou plutôt lui déplaît). Un peu de concentration et un énorme dégoût pour les criminels impunis lui suffisent pour transformer n’importe quel être vivant en torche humaine. Personne ne pourra y échapper, cette arme est tout aussi rare qu’efficace.

Deux policiers sont alors chargés d’enquêter sur ces étranges histoires de pyromanie macabre. L’un est convaincu qu’il est tout à fait possible de déclencher un feu par la pensée, alors que l’autre pense qu’il doit y avoir un autre moyen bien plus terre à terre pour expliquer ces étranges assassinats.

Le livre de MIYABE est un livre à deux histoires parallèles, l’une est celle de Junko qui vit sa vie de meurtrière justicière, et l’autre est celle de ces deux policiers qui cherchent et ne comprennent pas grand chose à la situation, mais qui finiront par se rendre compte que ces deux univers parallèles sont assez proches que pour pouvoir un jour se rencontrer.

Ce livre met évidemment en évidence la question de la justice humaine, de l’impunité de certains criminels qui échappent au jugement en raison d’une trop grande criminalité ambiante ou d’une limite flagrante du système judiciaire. Ce livre pose à sa manière la question de la justice personnelle. L’homme est-il en droit de faire sa propre justice quand la société n’est plus capable de le faire ? Cette question, MIYABE Miyuki ne se la pose pas vraiment, elle l’utilise juste pour fonder son récit et en faire un livre. Et c’est tout ce qu’on lui demande. Ce livre est très réussi, l’histoire est palpitante, elle arrive à nous tenir en haleine du début jusqu’à la fin. Les personnages, surtout Junko, sont très réussis. Lorsqu’on lit la vie des deux policiers, on est attentif, mais on ne peut s’empêcher de penser à la jeune pyromane et on a hâte de la retrouver dans le chapitre suivant. Parmi tous ces personnages, il y a également une petite fille qui rentre vers le milieu du récit et qui est étrangement effacée par MIYABE. Dommage, il aurait certainement été intéressant de mettre en évidence les pensées de cette enfant mais l’auteure a préféré rester dans le monde des adultes ; ça aurait pu donner une autre dimension au récit.

MIYABE Miyuki est sans conteste l’une des grandes écrivaines japonaises contemporaines de romans policiers avec la très inégale KIRINO Natsuo. MIYABE, même si elle ne veut pas être considérée comme une romancière engagée, est tout de même très impliquée dans les problèmes sociaux de son Japon actuel. Déjà dans « Une carte pour l’enfer », elle pointait le consumérisme à outrance chez ses contemporains et les mettait en garde de toutes dérives. Le Japon est actuellement certainement le pays le plus consommateur de produits quels qu’ils soient.

Dans « Crossfire », elle met le doigt sur cette violence qui, très souvent, est caricaturale dans nos pays occidentaux qui se font une image très violente du Japon alors que Tokyo est loin d’être une ville aussi violente qu’on veut bien le croire ; mais la violence existe et la justice (parfois corrompue) n’est pas toujours à la hauteur de la demande des citoyens d’aujourd’hui. Mais MIYABE aime à nous rappeler qu’elle écrit juste des romans qui, elle l’espère, plairont, et c’est tout.

Très bon thriller, donc, même si le nombre incalculable de coquilles et de mots non imprimés est impressionnant.

Cette édition chez Picquier comporte également à la fin une très intéressante analyse de la littérature policière japonaise contemporaine et de ses représentantes féminines, ce qui nous donnerait presque l’envie de relire le livre différemment.

Son livre a également été adapté au cinéma par KANEDO Shusuke sous le titre de « Pyrokinesis » qui malheureusement est tout à fait introuvable.

Crossfire sur Amazon.fr

Et vous, quel est votre vote ?
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Laisser une réponse