• S'inscrire
    Place the shortcode from 'Easy MailChimp Forms' plugin at the
    'Theme Option > General > Overall Elements > Top Bar' section
  • S'identifier

« La guerre des jours lointains »

YOSHIMURA Akira
« La guerre des jours lointains » de YOSHIMURA Akira

« La guerre des jours lointains » de YOSHIMURA Akira

Mon avis : ★★★★★★★★☆☆ 

Peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, TAKUYA Kiyohara, jeune homme ayant servi l’armée japonaise durant le conflit, reçoit une missive d’un certain SHIRASAKA Hajime, ancien lieutenant de l’armée de terre. L’ancien militaire lui demande de le rejoindre au plus vite à Fukuoka, au nord de l’île de Kyūshū. Après mûres réflexions, TAKUYA décide de prendre le train afin de découvrir ce que lui veut son ancien lieutenant.

À son arrivée, SHIRASAKA lui apprend que l’armée américaine, aidée par les instances gouvernementales japonaises, est en train d’intensifier ses recherches afin de retrouver et de punir tous les criminels de guerre de classe A dont ils font partie. En effet, TAKUYA, sous ordre de ses officiers, s’est rendu coupable d’un crime jugé comme ignoble par les autorités américaines. Une vingtaine de soldats américains ayant été capturés par l’armée japonaise furent décapités, alors que la reddition du Japon avait été déclarée. TAKUYA fut l’un des militaires qui se rendirent coupables de cet acte de barbarie. Il ne restera donc plus que deux solutions au jeune TAKUYA : se rendre aux autorités et encourir la peine de mort par pendaison, ou fuir et devenir un paria pour le reste de sa vie.

TAKUYA décide de fuir, non qu’il ne se considère pas comme criminel de guerre, mais la honte et l’instinct de survie le poussent à braver les autorités militaires, même s’il sait pertinemment bien que sa vie sera un enfer. Avant de s’enfuir, il décide d’aller saluer sa famille une dernière fois, et c’est lors de cette dernière réunion familiale qu’il se rendra compte que le début d’une longue lutte personnelle s’est déjà mise en branle.

YOSHIMURA Akira a écrit ce livre 30 ans après la Seconde Guerre mondiale ; avant lui, très peu d’auteurs japonais ont osé se lancer dans un sujet aussi délicat et tabou que sont les atrocités commises par certains militaires japonais. Comme à son habitude, il décrit l’histoire de ce militaire en fuite d’une manière clinique, sans s’embarrasser de détails superflus et surtout, sans aucune compassion ou autre pathos qui pousseraient le lecteur vers une direction bien établie. Les détails que YOSHIMURA ne cesse d’utiliser sont là pour mettre la vérité à nu et pour éviter d’enjoliver ou enlaidir les choses. C’est sans doute la seule manière pour un Japonais d’écrire sur cette période de l’histoire qui, encore aujourd’hui, range le Japon dans ces pays au lourd passé.

Mais YOSHIMURA ne fait pas de son style clinique une barrière à la psychologie des personnages. TAKUYA n’essaie pas de justifier ou d’excuser son acte barbare. Il constate simplement que des soldats américains ont largué des bombes incendiaires et « autres » à seul fin d’exterminer des civils japonais. En tant que Japonais, il considère cet acte comme barbare et inutile ; lorsqu’on lui propose de trancher la tête d’un membre d’équipage d’un B 29 abattu, sa décision est inconsciemment déjà prise.

L’autre aspect du livre est le regard qu’ont porté les Japonais sur leurs criminels de guerre. Il y a eu dans la société japonaise d’après-guerre différentes réactions envers les auteurs d’atrocités. Et cela va du dégoût à la peur de couvrir un homme qui aurait commis l’inconcevable, en passant par l’incompréhension ou l’acceptation d’un crime en temps de guerre. Les familles ont également été touchées par le déshonneur d’avoir en leur sein un homme condamné pour crime de guerre. Certaines familles ont tout perdu et ont été considérées comme pestiférées par une partie de la population et du nouveau gouvernement japonais qui devait subir leur défaite et s’accommoder de la présence américaine.

Mais ne nous méprenons pas sur la qualité et l’importance de « La guerre des jours lointains ». Malgré la froideur voulue et auto-imposée par l’auteur, ce roman est d’une limpidité et d’une qualité habituelle chez YOSHIMURA. Ses descriptions, loin d’être pénibles et ennuyeuses, sont une manière de rendre le récit crédible et ultra réaliste. En observant l’œuvre de YOSHIMURA, on remarque que sa préoccupation première est d’analyser l’être dans son milieu et d’observer les effets qu’a une société sur la psyché de celui-ci. L’exemple le plus frappant est bien entendu « Liberté conditionnelle », mais toute son œuvre est liée à la vie, à la rédemption, au péché et à la remise en question de toute société et de ses influences sur l’homme.

Un roman magnifique qui éclaire le lecteur désirant comprendre l’état d’esprit et la psychologie d’un être humain fugitif d’une histoire qui ne lui a jamais appartenu.

La guerre des jours lointains sur Amazon.fr

Et vous, quel est votre vote ?
[Total : 6    Moyenne : 4.7/5]

Laisser une réponse