• S'inscrire
    Place the shortcode from 'Easy MailChimp Forms' plugin at the
    'Theme Option > General > Overall Elements > Top Bar' section
  • S'identifier

« Le lézard noir »

EDOGAWA Ranpo
« Le lézard noir » de EDOGAWA Ranpo

« Le lézard noir » de EDOGAWA Ranpo

Mon avis : ★★★★★☆☆☆☆☆ 

 « Le lézard noir » est un roman policier des plus vifs que l’on puisse lire. La première chose qui frappe ici est la vitesse d’enchaînement des actions, à chaque page son nouveau renversement de situations, à chaque chapitre un nouveau personnage apparaît.

L’histoire est celle d’un enlèvement, l’enlèvement de la petite fille de IWASE Shôei (un richissime homme d’affaires japonais) par MIDORIKAWA (celle qui se fait appelé le lézard noir). Son but est assez simple, en échange de la petite Sanae, elle désire recevoir le bijou le plus prestigieux et le plus convoité au monde : la fameuse étoile égyptienne. IWASE comprend vite que s’il veut récupérer sa fille saine et sauve, il lui faut le plus grand détective japonais du moment en la personne du célèbre AKECHI Kogorô. Pour AKECHI, aucun problème à l’horizon, le lézard noir vise vraiment trop haut cette fois-ci, et pour lui, il ne fait aucun doute que ce sera son ultime méfait. Mais MIDORIKAWA est bel et bien décidée à obtenir ce fameux bijou qui manque à sa collection et son plan semble plus que parfait.

Ce roman policier a été publié pour la première fois au Japon en 1929, et il est clair qu’il est à 1000 lieues des romans policiers actuels. Ici, tout est actions et rebondissements, il n’y a aucune place pour la psychologie des personnages. On ne sent jamais la peur des personnages, ils sont tous totalement inodores et insipides. EDOGAWA n’a qu’un seul but : raconter une histoire policière avec ses faux-semblants, ses revirements de situations, ses camouflages et ses travestissements incongrus. EDOGAWA a le génie pur de nous envoyer là où il le désire sans qu’on se doute de quoi que ce soit à une vitesse vertigineuse.

La fin du livre vire dans l’horreur mais là également l’écriture est d’une autre époque, l’auteur ne fait qu’effleurer l’abominable en nous laissant imaginer ce qui se cache réellement derrière la perversité de cette femme lézard qui est prête à tout pour assouvir sa passion de la collection. En 1929, ce livre a sans doute horrifié plus d’un lecteur mais le lecteur contemporain verra juste dans ce livre un bon roman très agréable à lire et aux idées géniales. EDOGAWA Ranpo ne se prend jamais au sérieux, ce livre est un simple divertissement, et c’est ce qui transparaît également dans le film qui en a été tiré, film réalisé par FUKASAKU Kinji avec dans l’un des rôles un certain MISHIMA Yukio.

« Le Lézard noir » sur Amazon.fr

Et vous, quel est votre vote ?
[Total : 1    Moyenne : 7/5]

Laisser une réponse