• S'inscrire
    Place the shortcode from 'Easy MailChimp Forms' plugin at the
    'Theme Option > General > Overall Elements > Top Bar' section
  • S'identifier

« Monstrueux »

KIRINO Natsuo
« Monstrueux » de KIRINO Natsuo

« Monstrueux » de KIRINO Natsuo

Mon avis : ★★★★☆☆☆☆☆☆ 

 La compétition est très rude au Japon, et avant d’être confrontés à la dure loi du travail, les adolescents japonais doivent passer par la compétition effrénée du lycée et de l’université. La narratrice de « Monstrueux » parvient tout de même à rentrer au lycée K., l’un des plus célèbres de Tokyo. Les jeunes étudiants y sont acceptés soit pour leur argent, soit pour leur intelligence hors du commun. Dans le cas de notre héroïne, c’est son intelligence et son travail qui lui ouvriront les portes de ce lycée tant convoité. Elle est au comble de la joie, d’autant plus qu’il y a peu de chance que sa petite sœur Yuriko vienne l’y rejoindre, ses capacités mentales ne lui permettant certainement pas d’accéder aux hautes sphères des études japonaises. Mais le destin en décide autrement, et par un malheureux hasard (les Japonais ayant séjourné relativement longtemps à l’étranger obtienne un statut spécial et peuvent dès lors être admis dans de telles écoles prestigieuses) Yuriko se retrouve également acceptée au même lycée que son aînée.
Yuriko est tout le contraire de sa sœur, c’est une jeune et splendide écervelée japonaise qui a le pouvoir, grâce à sa beauté surnaturelle, d’attirer vers elle tous ceux qu’elle désire (hommes ou femmes) et de leur faire faire tout ce qu’elle désire sans qu’ils ne s’aperçoivent qu’ils sont sous le charme. Mais ce pouvoir, qui agace exagérément sa grande sœur, finira un jour ou l’autre par se retourner contre elle, à la grande joie personnelle de sa pire ennemie, sa sœur elle-même.
KIRINO nous fait faire alors un bond dans le temps. Vingt ans après ces années de lycée, Yuriko ainsi qu’une ancienne camarade de classe, SATO Kazue, sont retrouvées toutes les deux assassinées par une seule et même personne (un certain Zhang, un immigré chinois). En tout cas, c’est ce que pensent la police, la justice et la sœur, jusqu’à ce que cette dernière rencontre l’accusé lors de son procès. Pour elle, il est impossible que cet individu ait pu tuer ces deux personnes.
Ensuite, sous forme d’aveux et de lettres, KIRINO nous décrira dans la deuxième partie de son livre les vies tristes et pitoyables que ces trois personnages ont vécues, ainsi que le malheureux et terrible hasard qui les fit se rencontrer.
Dans « Monstrueux », KIRINO Natsuo nous parle des difficultés que rencontrent les Japonais dans leur vie estudiantine et professionnelle, de cette compétition sans fin qu’ils se livrent durant toute leur vie pour être les meilleurs, les plus rentables ou les plus respectés. Que ce soit au lycée ou en entreprise, tous les moyens sont bons pour sortir la tête de l’eau et se faire une place dorée dans la hiérarchie sociale.
Elle nous parle également, via l’histoire de Zhang, des raisons pour lesquelles les démunis de Chine sont prêts à tout pour traverser la mer du Japon et essayer de trouver une vie meilleure sur l’archipel nippone. Elle en profite pour nous décrire les conditions horribles que certains chinois doivent subir pour tenter d’accéder à ce qu’ils pensent être le bonheur.
L’autre thème du livre est beaucoup plus intime et féminin, c’est celui de la beauté, de ce qu’elle permet et de sa disparition lente mais certaine due au vieillissement. On retrouve alors des personnages qui furent totalement insouciants ou aveuglés par la recherche de la réussite tomber dans un désespoir sans issue qui les mèneront à se prostituer pour échapper à leur nouvelle solitude.
En ce qui concerne l’édition du livre, Seuil tombe dans un ridicule lui aussi monstrueux. Il faut savoir que la version française de ce roman de KIRINO n’est pas traduite du japonais, mais est en fait une traduction de la traduction anglaise. Décision qui ne peut être que financière, tout le monde sachant que plus on fait de traductions d’un même texte, plus on s’éloigne du sens de l’original et de sa beauté originelle. Impossible donc de critiquer le style de ce KIRINO, puisqu’il est complètement vidé de sa substance première, et ne peut être considéré comme œuvre littéraire à part entière. Et comme si ça ne suffisait pas, les coquilles atteignent également un nombre vertigineux, ce qui rend parfois le texte très lourd. Bref, Seuil se discrédite totalement par un mauvais goût financier des plus grotesques.

Triste sort pour ce livre qui nous parle du pouvoir éphémère de la beauté (qui est ici dénaturée par une politique éditoriale qui doit être rentable à tout prix) et des méfaits de l’argent qui , pour le coup, a du donner de mauvaises idées aux responsables de chez « Seuil ».
Le roman reste cependant agréable à lire. Sans être aussi abouti que le très bon « Disparitions », « Monstrueux » est tout de même bien au-dessus du lamentable « Out ».

« Monstrueux » sur Amazon.fr

Et vous, quel est votre vote ?
[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Laisser une réponse