• S'inscrire
    Place the shortcode from 'Easy MailChimp Forms' plugin at the
    'Theme Option > General > Overall Elements > Top Bar' section
  • S'identifier

« Objectif »

TSUJI Hitonari
Objectif de TSUJI Hitonari

« Objectif » de TSUJI Hitonari

Mon avis : ★★★★★★★★☆☆ 

Une petite fille reçoit un beau jour un appareil photo argentique de la part de son père qui s’inquiète de son refus obstiné de se rendre à l’école. À l’âge adulte, elle trouve encore ce cadeau particulièrement incongru pour une petite fille de son âge. Mais elle ne sait pas à cette époque que ce présent lui sauvera la vie. Ou du moins, lui ouvrira les portes vers une sociabilité suffisante.

Timorée et esseulée à l’école, ce cadeau lui donnera une popularité aussi inattendue que salvatrice. Pour tout et rien, elle sera convoitée par ses petits camarades et ses instituteurs afin d’immortaliser les choses et les événements, tant son don pour le 8e art est évident. À l’âge adulte, rien ne changera. Non seulement elle deviendra une photographe professionnelle qui connaîtra un vif succès, mes ses prises de vues resteront pour elle un prisme social sans lequel la vie lui serait tellement étrangère qu’elle devrait la porter comme un véritable fardeau. L’objectif de son appareil est un nouveau sens pour elle, une sorte de filtre grâce auquel elle se sent capable d’aimer. Il est également un genre de masque lui permettant de surmonter sa phobie sociale et d’affronter un monde qu’elle ne connaîtrait jamais sans cet artifice.

Au cours de ses différents témoignages, la narratrice nous raconte comment elle a pu faire face à une rupture amoureuse difficile, comment elle s’est positionnée devant la vie et sa temporalité après avoir rencontré la femme qu’est devenue cette jeune adolescente qu’elle prit en photo quelques années auparavant, et qui n’est plus la même personne ; mais surtout, comment elle a appris à aimer et à accepter d’être aimée dans une vie que l’art a rendue plus souple et ouverte.

TSUJI Hitonari aime l’art et les sens. Dans « Tokyo Décibels », c’est l’ouïe de l’homme qui est mis en exergue. Le son, base de la musique, est tracé et pourchassé tout le long de ce court récit publié en 2005. Dans « Objectif », ce n’est pas seulement la vue et l’art photographique qui sont mis en évidence, mais plus symboliquement, les souvenirs et l’impermanence de la vie que la photographie permet de restituer à la fois objectivement et subjectivement. Le passage le plus marquant de ce récit est la stupeur de la photographe qui se rend compte, lorsqu’elle rencontre cette jeune femme qui fut naguère adolescente, que la photographie est à la fois un art objectif, mais également trompeur et immédiatement dépassé. Tout ce qu’il représente n’existe plus dès lors qu’il est fixé.

L’autre sujet du livre est l’art en général et les artistes. Pourquoi un artiste devient-il artiste ? Dans « Objectif », le hasard est à la base de la vocation de la narratrice, son père a certainement une petite idée derrière la tête, mais il n’est sûr de rien. Commence alors le long cheminement que tous les artistes connaissent à leurs débuts. D’abord le jeu qui se met à fonctionner sans que l’on s’en rende compte, ensuite la maîtrise que l’on acquière sous le regard de la famille et des proches incrédules, pour enfin arriver à la reconnaissance. Mais TSUJI Hitonari nous explique également que l’art est addictif. La photographe de son récit est une phobique qui, grâce à la photographie, s’est trouvé un moyen de se sociabiliser. Mais reste que son art est une béquille qui ne la soigne pas, mais qui la soutient. Si on la lui retire, que deviendrait-elle ? L’artiste est un condamné à la création et à l’échappatoire.

Outre la beauté de l’écriture de TSUJI, c’est aussi une atmosphère de création qui survole ce court récit à tout point de vue réussi. Une entrée en profondeur dans l’univers d’une femme photographe qui, grâce à ses anecdotes, nous invite dans sa plus profonde intimité. À souligner également le risque pris par ce jeune écrivain japonais de se vêtir de la peau d’une femme et de sa psychologie propre, ce qui est loin d’être facile et qui demande une exigence très souvent redoutée.

Objectif sur Amazon.fr

Et vous, quel est votre vote ?
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

1 Response

  1. Etcetera

    Je suis tout à fait d’accord avec cette critique : l’analyse psychologique de Tsuji est vraiment très touchante et par ailleurs il y a un côté très poétique dans ce roman. J’ai aussi lu Tokyo Decibels mais je trouve Objectif beaucoup plus réussi.

Laisser une réponse