• S'inscrire
    Place the shortcode from 'Easy MailChimp Forms' plugin at the
    'Theme Option > General > Overall Elements > Top Bar' section
  • S'identifier

OGAWA Yôko(1962-….) 小川 洋子

Biographie

伝記

OGAWA Yôko est née à Okayama en 1962. Elle est diplômée de l’Université de Waseda, et vit à Ashiya (Hyogo) avec son mari et son fils. Depuis 1988, elle a publié plus de vingt œuvres de fiction et essais. Son roman « La formule préférée du professeur » (2005) a été adapté pour le cinéma par KOIZUMI Takashi. En 2006, elle écrit avec Masahiko Fujiwara, mathématicien de profession, un dialogue sur l’extraordinaire beauté des nombres.

« L’Annulaire » (1999) a également été porté à l’écran en 2005 par Diane Bertrand avec Olga Kurylenko et Marc Barbé.
Elle remporte le prestigieux Prix AKUTAGAWA en 1991 pour « La Grossesse », mais son palmarès ne s’arrête pas là, elle reçoit également les Prix Tanizaki, Izumi, Yomiuri et Kaien pour « La désagrégation du papillon ».
On retrouve assez souvent dans l’œuvre d’OGAWA des personnages qui semblent ne pas savoir pourquoi ils font ce qu’ils font. Certaines critiques en ont conclu que ses personnages n’avaient aucune substance psychologique, mais OGAWA, elle, trouve que l’intérêt d’un personnage est plutôt de voir ce qu’il peut devenir après avoir commis tel ou tel acte. Elle arrive à en dire énormément avec très peu de détails, ce qui est une des plus nobles caractéristiques de la littérature japonaise actuelle.

OGAWA lit « Le Journal d’Anne Frank » à quatorze ans et réalise que l’écriture est un moyen pour les êtres humains de se libérer. Pour elle, sa carrière d’écrivain a débuté lorsqu’elle se met à tenir un journal. C’est à partir de ces notes qu’elle commence à écrire de la fiction. En 1988, elle gagne le « prix des nouveaux auteurs » décerné par le magazine littéraire Kaien, ce qui la conforte dans son envie de devenir écrivain professionnel.
Elle se dit très influencée par l’œuvre de Paul Auster. Les romans du grand romancier américain ne sont pas seulement des produits de son imagination, mais proviennent surtout du monde réel. Écrire sur le réel que les gens ne voient pas est une fascination pour OGAWA et c’est ce qu’elle tente de rendre dans ses propres œuvres. Steven Millhauser, John Irving mais aussi son compatriote MURAKAMI Haruki sont également une source d’inspiration pour sa propre écriture.

Ses histoires possèdent un rythme lent, elles frôlent très souvent la poésie en prose et une des caractéristiques de son œuvre est qu’elle n’hésite pas à prêter une âme aux objets qu’elle affectionne tout particulièrement comme une machine à écrire ou n’importe quel objet ayant appartenu à quelqu’un. Ceci provient sans doute de l’influence du shintoïsme (principale religion animiste japonaise).

Bibliographie

参考文献

2013 : Le petit joueur d’échecs
2012 : Les lectures des otages
2011 : Manuscrit zéro, journal de l’année 2009
2010 : Les tendres plaintes
2009 : Cristallisation secrète
2009 : La mer
2007 : La bénédiction inattendue
2007 : La marche de Mina
2007 : Les paupières
2005 : La formule préférée du professeur
2004 : Amours en marge
2004 : La petite pièce hexagonale
2004 : Tristes revanches
2003 : Le musée du silence
2003 : Une parfaite chambre de malade ; La désagrégation du papillon
2002 : Parfum de glace
2000 : Hôtel Iris
1999 : L’annulaire
1998 : Le réfectoire un soir et une piscine sous la pluie ; Un thé ne refroidit pas
1997 : La grossesse
1995 : Les abeilles
1995 : La piscine

 

Portrait

肖像